Création du séminaire “Figure(s) du législateur dans la rhétorique antique et sa réception”

GIS Humanités Axe : « Transmission des savoirs : moyens et modalités »

Ce projet est né de recherches entreprises lors de mon doctorat et de la lecture d’un article de Bernadette Liou-Gille intitulé « la figure du législateur dans le monde antique ».

L’art de se référer à la figure du législateur

Le projet a pour objectif d’étudier dans une perspective diachronique une des ressources de la rhétorique grecque, l’art de se référer à la figure du législateur dans les discours des Anciens. Si l’usage de la loi dans la rhétorique grecque a fait l’objet d’une investigation approfondie tant par les philologues, les historiens et les anthropologues, aussi bien dans l’Athènes classique que dans des périodes ultérieures, la référence au législateur est restée une question traitée de manière incidente pour l’époque classique et pour ainsi dire négligée dans les études consacrées à la rhétorique des époques impériales et chrétiennes. Or, on remarque que la figure du législateur, anonyme ou identifiée, parcourt la rhétorique antique et se retrouve, au-delà de l’Antiquité, jusqu’au XVIIIe siècle où sa réception connaît un renouveau saisissant dans la rhétorique des Lumières en France.

L’objectif scientifique de ce projet est de combler une lacune éditoriale sur les traditions, jusque-là inexplorées, qui s’élaborent autour de ces législateurs célèbres et d’analyser les différents processus de légitimation du discours auxquels ils participent autant que la réflexion suscitée chez les auteurs qui les citent dans des contextes politiques, culturels et religieux forts différents.

Parole d’expert au service d’expert de la parole : pour un anachronisme heuristique Le principal dessein de ce projet est d’interroger la manière dont s’élabore l’autorité du législateur et d’identifier les normes auxquelles elle renvoie afin d’étayer à la fois la légitimité du discours et la réflexion développée par l’auteur. Questionner ces diverses représentations permet d’analyser ce qu’elles nous disent des contemporains de l’orateur et de leur conception d’un « expert » en particulier : le législateur.

Par « expert », terme au premier abord anachronique, il faut entendre celui qui possède un savoir-faire législatif, l’expertus qui a une expérience pointue des lois et de la manière de les établir au sein de sa cité. Le projet se propose de questionner cette notion certes anachronique, mais heuristique, sous les angles suivants :

  • La parole de l’expert : comment le législateur est-il désigné comme expert ? Quels sont les termes ou les ressources rhétoriques utilisées de manière récurrente pour identifier le législateur comme tel ? Comment, dès lors, est utilisée la parole prêtée au législateur et quel type de représentation s’élabore ? Des constantes peuvent-elles être dégagées ? Dans des contextes politiques, culturels et religieux très différents, comment le législateur est-il sollicité ? S’agit-il d’étayer un argumentaire judiciaire (grâce au législatif) ou de l’utiliser à des fins plus larges pour ses dimensions éthique, politique ou rhétorique ? Comment s’élabore son autorité et sur quels éléments se fonde le processus de légitimation du discours ?
  • L’expert de la parole : comment se positionne-t-il par rapport à un autre expert, le législateur, auquel il fait référence ? S’agit-il de rapport de filiation, d’émulation ou de franche rivalité, telle que l’on peut l’observer aujourd’hui dans notre société dite des experts ?

Athènes, Rome et l’Empire Romain, loin de notre société des experts

Selon les témoignages de la rhétorique judiciaire datés de l’époque classique athénienne, le savoir législatif dont pouvait faire preuve un citoyen était objet de méfiance. À Athènes au ive siècle avant J.-C., la publicité des lois est directement liée l’exercice des pouvoirs du citoyen : théoriquement, ce dernier n’a besoin d’aucun intermédiaire pour déchiffrer la loi, car il sait lire. Il peut proposer des mesures (lois ou décrets), car le système politique athénien permettait à chaque citoyen de participer grâce à l’iségoria, égalité de parole et la , liberté de parole. Le savoir législatif – que l’on pourrait requalifier en termes contemporains d’expertise législative – donnait un pouvoir qui entrait en tension avec l’égalité des citoyens devant la loi, assurée par le régime démocratique. Les traités de rhétorique soulignent cet écueil que doit éviter l’orateur : ne doit pas donner l’image d’un expert des lois, au risque de se disqualifier devant l’auditoire.

Toutefois, on ne peut que constater à quel point la référence au législateur s’est fermement établie dans la tradition rhétorique au-delà de l’époque classique. La longévité de cette pratique rhétorique qui devient une tradition ne peut qu’inviter à une étude consacrée à sa reconnaissance par les destinataires du discours d’une part et à la relation entretenue avec le pouvoir, qu’il soit politique ou religieux, d’autre part.

Le choix du corpus

Des discours rhétoriques d’auteurs investis dans la vie publique contemporaine La figure du législateur ainsi que tous les personnages mythiques qui lui sont associés ont donné lieu à de très nombreuses biographies, anecdotes, portraits – en tant que représentations iconographiques – ou encore des écrits de fictions (on pense à Lucien qui met en scène Solon dans Anacharsis). Toutefois, il nous a paru nécessaire de limiter le projet qui s’attachera exclusivement aux discours rhétoriques issus d’auteurs investis dans la vie publique de leur époque. Il peut donc s’agir à la fois de discours prononcés ou destinés à un lectorat.

Il faut entendre par le terme « discours rhétoriques » soit des œuvres à part entière issus des genres épidictiques, délibératifs ou judiciaires et plus tardivement des homélies ; soit des discours qui apparaissent dans des œuvres relevant d’autres genres tels que l’histoire, les traités de philosophie, les œuvres de fiction : il s’agira dans ce cas de discours rapportés ou prêtés à un législateur. La rhétorique, et par conséquent ses ressources, ne saurait être coupée du contexte dans lequel elle se déploie. C’est précisément parce que « la rhétorique n’est pas un jeu textuel, un système clos composé d’un ensemble d’assertions sur lesquelles les auteurs effectueraient des variations pour répondre des desseins purement théoriques, détachés de toute contingence matérielle » (Ch. Guérin 2009 : 24) que le projet proposé attribue à la rhétorique antique son sens plein, à la fois comme théorie de l’art du bien dire et comme pratique de cet art à travers différents types de discours délibératifs, judiciaires ou épidictiques.

En refusant de scinder la rhétorique en théorie et pratique du discours, le projet se propose de faire des allers-retours entre ce que les traités de rhétorique disent de la référence au législateur et ce que les orateurs de différentes époques font de cette référence, en fonction de la finalité de leur discours, du cadre dans lequel il s’inscrit et du public auquel il s’adresse.

De l’époque impériale et chrétienne à la réception du xviiie siècle

Le choix de l’époque qui court de la fin de la République romaine aux Pères de l’Eglise paraît particulièrement propice afin d’analyser une tradition en devenir et plus particulièrement les inflexions subies par la référence au législateur dans des contextes politiques et culturels forts éloignés de la démocratie athénienne du IVe siècle. Ces législateurs célèbres sont au nombre de huit : Minos, Lycurgue, Dracon, Solon et Zaleucos pour les législateurs grecs, Romulus, Numa Pompilius et Servius Tullius pour les législateurs romains.

Parmi les auteurs du corpus, on s’intéressera entre autres aux orateurs attiques, comme point de départ ainsi qu’aux traités d’Aristote, à la Rhétorique à Alexandre, aux traités de Quintilien et d’Hermogène. Puis seront étudiés les auteurs tels que Denys d’Halicarnasse, Diogène Laërce, Libanios, et pour la rhétorique chrétienne, Clément d’Alexandrie, Jean Chrysostome, Constantin VII et Photios.

Dans la seconde phase du projet, il s’agira d’analyser l’utilisation de ces références à des législateurs antiques dans la littérature du Moyen-Âge et du xviiie siècle, et plus précisément dans les traités politiques offerts par Condillac, Condorcet, les Encyclopédistes, Fontenelle, Helvétius, Fénelon et un penseur moins connu, qui a mis en scène des discours entre des hommes illustres du passé et des contemporains, François-Xavier Pagès de Vixouse.

***

Le projet proposé se veut à la fois interdisciplinaire, en regroupant des participants relevant des champs de l’histoire ancienne, de l’histoire de l’art antique et de la philologie, mais également international (Etats-Unis et France), afin d’apporter des éclairages différents mais complémentaires sur la figure du législateur dans la rhétorique antique et sa réception.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.